Du Parc au Domaine de Saint Pons à Gémenos

Terroir & Acteurs de développement | Nature > Patrimoine naturel | Histoire, culture & traditions

Du Parc au Domaine de Saint Pons à Gémenos

Beaucoup de monde dans la région connaît le Parc de Saint Pons, mais peu imagine les travaux nécessaires pour préserver ce site et pour accueillir en toute sécurité, tout au long de l’année, les publics très nombreux. Depuis 1972, le Conseil général des Bouches-du-Rhône, propriétaire des lieux, réalise de nombreux travaux de protection et de valorisation par le biais de sa Direction de l’Environnement. L’un des chantiers touche à sa fin. Il s’agit de faciliter l’accès aux personnes à mobilité réduite (famille, personnes âgées et handicapés) par la réalisation d’un nouveau cheminement qui vous fera découvrir l’ancienne papeterie dite du Paradou, elle-même mise en sécurité après plusieurs saisons de travaux.

Le Domaine est patrouillé par des gardes à cheval, hommes et femmes. Ces gardes assermentés utilisent, lors de leur mission liée à la protection de l’environnement, des pistes forestières, mais aussi ces anciens chemins autrefois arpentés pour descendre de nos collines le bois, le charbon de bois, la résine tirée des pins, la glace, la chaux, l’huile de cade, et n’oublions pas le blé. En effet, les agriculteurs de Cuges-les-Pins utilisaient le sentier dit du Blé pour mener leur récolte de grain jusqu’au moulin à eau situé au centre du Parc près de la grande cascade. Puis, ils utilisaient le senti er des Cabrelles pour transporter la farine.

Sur les parties hautes du Domaine, plusieurs cabanons, ainsi que les bergeries de Sylvain et du Brigou sont en cours de restauration par les équipes du Département (forestiers et menuisiers) afin de préserver ce patrimoine, mais aussi pour qu’ils puissent servir de refuge à tous : chasseurs, randonneurs, vététistes, cavaliers et autres.

Des actions sont menées pour identifier les espèces floristiques et faunistiques à protéger ou à favoriser. Certaines zones sont mises en défens pour permettre à des essences végétales rares dans notre région de perdurer mais aussi se reproduire comme le hêtre, le charme ou d’autres encore. Par ailleurs, des inventaires et des suivis de la faune sont planifiés sur l’aigle de Bonelli, les chiroptères ou le lézard ocellé) afin de conserver leur habitat ou favoriser leur développement.

Ecrit par Jean-Marc Galiano - Chef d’unité de la Garde Départementale à Cheval Régie Sainte Baume - Edition 2015