Marie-Madeleine en Sainte Baume, événements curieux, phénomènes inexpliqués …

Terroir & Acteurs de développement | Nature | Histoire, culture & traditions > Traditions

Marie-Madeleine en Sainte Baume, événements curieux, phénomènes inexpliqués …

Partout en France il existe des récits, certains imaginaires, d’autres basés sur les faits réels, qui contribuent sensiblement aux traditions de nos régions.

En Provence, on perpétue la mémoire de la sainte Marie-Madeleine, la plus sensuelle des figures féminines du Nouveau Testament, devenue patronne de ce pays. Selon la tradition provençale, pour fuir les persécutions d’Hérode elle aurait traversé la Méditerranée, dans un bateau sans rames et sans voiles, pour accoster aux Saintes-Maries-de-la-Mer. Elle aurait contribué à l’évangélisation de la Provence, et aurait passé toute sa longue vie de pénitence dans une grotte du massif de la Sainte-Baume, devenue aujourd’hui le Sanctuaire de Marie-Madeleine.

Nos ancêtres avaient besoin de croire, de tenir pour réel l’existence de Marie-Madeleine en ces lieux, de chérir et de vénérer la sainte Patronne. L’imagerie populaire étant d’une insoupçonnable richesse on raconte même que les larmes de Marie-Madeleine seraient à l’origine de la source de l’Huveaune …

La conviction de la présence de Marie-Madeleine à la Sainte-Baume date bien d’avant le XIIIème siècle, pourtant d’autres sites tels que Vézelay en Bourgogne ou encore Ephèse et Constantinople en Turquie revendiquent également Marie de Magdala, cette femme qui continue à fasciner depuis l’aube de notre ère.

D’un point de vue historique, son séjour en Provence reste sujet à caution, et la pénurie de documents étonne. C’est « le silence de mille ans » selon la formule du Mgr Duchêne.

Or, entre histoire, les légendes ou les croyances populaires la frontière est parfois fragile.

La tradition provençale, soigneusement transmise d’une génération à l’autre à travers les siècles, avec toute sa force et sa sincérité, a inspiré les recherches  du comte de Provence Charles II d’Anjou, entreprises en 1279 et couronnées par la découverte de quatre sarcophages.

L’une de sépultures, attribuée à Marie-Madeleine, dégageait, disait-on, une « odeur suave ».

La construction d’un trésor architectural gothique unique – la Basilique à Saint-Maximin – a suivi.

Les Dominicains, chargés du bon fonctionnement de ce temple, n’ont pas rejeté les vérités des anciens. Selon les croyances populaires, Marie-Madeleine, pendant son long séjour dans la grotte, était portée par les anges vers le ciel sept fois par jour. Ce moment est illustré dans un imposant groupe sculpté, appelé « Le ravissement de Marie-Madeleine », placé au XVIIIème siècle par les Dominicains sur l’abat-voix de la magnifique chaire de la Basilique.

En le plaçant à cet endroit, les gardiens de la Basilique ont cherché à trouver un compromis : entre les croyances populaires interprétées dans cette sculpture et les évènements enseignés par la Bible exprimés dans les 7 médaillons ornant la chaire.

La conviction profonde de la présence Marie-Madeleine dans le massif de la Sainte-Baume fait partie de l’identité et de la culture provençale. Quant à nous, selon notre foi, nos origines, notre éducation et nos opinions, nous prêtons attention aux croyances de nos ancêtres où restons sceptiques et dubitatifs. Mais comme disait un Dominicain de la Sainte Baume : « je ne sais si Marie-Madeleine est venue ou pas. Ce que je sais, c’est qu’elle est là ».


Définition de croyanceEtymologie : du latin classique credere, (croire, avoir confiance) tenir pour vraie quelque chose, croire, penser, avoir confiance, se fier. La croyance est le fait de croire, c’est-à-dire de tenir quelque chose pour véritable ou réelle, d’être persuadé ou intimement convaincu qu’elle est vraie ou qu’elle existe

www.toupie.org/Dictionnaire/Croyance.htm/

Edition 2019 - Anna Boley - Guide conférencier