Saint Cassien

Saint Cassien

Saint Cassien

D’après Les Pères de l’Eglise, de Hubertus R. DROBNER  (Desclée, 1999)

Jean CASSIEN est considéré comme un « saint moine chrétien méditerranéen qui a marqué profondément les débuts de l’Eglise en Provence au Vème siècle ».

Né vers 360 en Roumanie, il a reçu une bonne formation classique, ce qui lui a permis de rédiger des ouvrages en latin. Après un début de vie monastique à Bethléem, il est parti en Egypte avec son ami Germanus, où ils ont vécu 15 ans avec les Pères du Désert. Cassien se dirige alors vers Constantinople où il est ordonné diacre par Jean Chrysostome ; puis vers 405, il est envoyé à Rome, toujours avec Germanus, qui décède peu après que Cassien soit ordonné prêtre. Enfin, il arrive à Massilia où il fonde vers 414 le Monastère Saint-Victor pour les hommes et celui du Saint-Sauveur pour les femmes. C’est donc en Provence qu’il finit sa vie. Il y écrit des textes contre la christologie nestorienne (Cette doctrine tire son nom de son défenseur Nestorius, condamné pour hérésie par le Concile d’Ephèse selon lequel le Christ est Dieu et homme, une seule personne en deux natures, et non pas deux personnes distinctes, l’une divine et l’autre humaine) ; et il rédige Institutions cénobitiques à la demande de l’évêque Castor d’Apt. C’est dans ces livres qu’il expose les principes de vie des moines Cassianites, inspirés par Saint Benoît.

Déjà à cette époque, des prélats évoquaient la venue de Marie-Madeleine pour évangéliser la Provence. Saint Cassien, ému de cette présence, est venu jusqu’à la Sainte Baume où il a établi un ermitage cassianite dans la grotte et un couvent de Béguines à l’endroit où, avant le christianisme, on implorait les déesses de la fécondité.

Edition 2023 - Martine Castell