Marie-Madeleine, qui es-tu ?

Terroir & Acteurs de développement | Nature | Histoire, culture & traditions > Traditions

Marie-Madeleine, qui es-tu ?

De qui s’agit-il exactement ? Question d’autant plus pertinente que circulent aujourd’hui des théories souvent extravagantes sur cette femme qui demeure avant un personnage évangélique incontournable, malgré la discrétion des textes à son sujet.

D’après Luc 8, 1-3, cette Marie appelée la Magdaléenne, laquelle a été délivrée de sept démons _ façon imagée de dire qu’elle vivait sous l’emprise du péché – appartient au nombre des femmes qui suivent et assistent de leurs biens Jésus et les douze dès le début de sa prédication en Galilée. Plus tard, selon le témoignage des évangélistes, on retrouve Marie de Magdala près de la croix de Jésus, assistant à sa mort et à son ensevelissement. A elle, enfin, le Christ ressuscité confie la mission d’annoncer aux disciples qu’il est vivant et qu’il s’en va vers le Père, ce qui fait de Marie-Madeleine le témoin par excellence de la résurrection (cf. Jn 20, 11-18).

Dès l’antiquité chrétienne, cependant, deux autres personnages furent identifiés avec Marie-Madeleine : la pécheresse repentante et pardonnée que Saint Luc (7,36-50) est le seul à mentionner, sans toutefois préciser son nom, et Marie la sœur de Marthe et de Lazare de Béthanie, dont parle en particulier Saint Jean dans le récit de la résurrection de Lazare (11, 1-46) et celui de l’onction de Béthanie (12, 1-8) où il nous apprend que cette femme se nommait précisément Marie.

Soutenue par de nombreux Pères de l’église et Docteurs de l’église, dont le plus illustre est Saint Augustin, la thèse de l’unification de ces figures évangéliques fit son chemin et s’imposa en Occident, à la fin du VIème siècle, grâce au pape Grégoire le Grand. Elle entra ainsi dans le patrimoine de l’église médiévale et laissa des traces durables dans la liturgie romaine jusqu’à une date récente.

Nul doute que c’est bien cette sainte-là, cette Marie-Madeleine de la tradition latine et grégorienne, que le père Vayssière rencontre à la Sainte-Baume.

(extrait du livre « avec le père Vayssière  Ermite de la Sainte-Baume p.52 & 53)

Edition 2020 - Mgr Ravotti