Les Chauves-souris

Terroir & Acteurs de développement | Nature > Patrimoine naturel | Histoire, culture & traditions

Les Chauves-souris

Leurs frêles silhouettes sombres voletant au crépuscule alimentent nos peurs et fantasmes depuis la nuit des temps. Les mythes et légendes entourant ces petits mammifères ont causé la perte de bon nombre d’entre eux cloués sur les portes, brûlés ou exécutés pendant leur profond sommeil d’hiver. Pourtant elles sont inoffensives nos chauves-souris, et sont le résultat de cinquante millions d’années d’évolution ! Sur 35 espèces présentes en France, 31 nous côtoient en Provence.  Elles peuvent vivre dans des grottes, des gouffres, des arbres, du bâti ancien ou récent dans lesquels avec un minimum d’aménagement, la cohabitation est possible. Elles ne dégradent en rien le bâtiment dans lequel elles s’installent. De plus, le guano, facilement récupérable, est un engrais très efficace pour le jardin.

Déplacement

C’est le seul mammifère connu capable d’un vol actif, grâce à une membrane irriguée par des vaisseaux sanguins (le patagium) reliant ses jambes, ses bras et les cinq doigts de ses mains. D’où le nom de l’ordre qui lui a été attribué, celui des Chiroptères, du grec Chiro signifiant main et pteros signifiant aile. Elles ont une très bonne vue mais ont choisi de vivre de nuit ce qui leur a permis de développer un vol des plus discrets, s’aidant pour cela et pour se nourrir d’un système unique d’écholocation. Elles émettent des ultrasons par la bouche ou le nez, à des fréquences propres à quasi chaque espèce et analysent en retour l’écho des formes rencontrées de façon extrêmement fine, la taille, la distance qui les séparent de leurs proies entre autres.

Un régime alimentaire utile

Essentiellement insectivores, certaines espèces se sont spécialisées, comme le Murin de Daubenton prédatant des insectes émergents à la surface des cours d’eau et dans de rares cas, capturant de petits poissons. Une autre espèce s’occupe de la prédation d’araignées. L’analyse de l’ADN des fèces (guano) de la Pipistrelle commune ainsi que du Petit rhinolophe a mis en évidence leur consommation de papillons ravageurs de la vigne tels que l’Eudémis mais aussi de drosophiles ravageuses de fruits ou encore de la mouche de l’olivier que la Pipistrelle de Kuhl  aime particulièrement. Les chauves-souris se révèlent être des auxiliaires de culture efficaces et des alliés fidèles pour la régulation des insectes nocturnes en avalant entre 1500 à 3000 insectes par individu et par nuit.

Reproduction

Les accouplements ont lieu à l’automne, juste avant la période hivernale. La femelle garde la semence du mâle dans un sac et ne fécondera son ovule qu’au printemps quand les conditions seront optimales (température, nourriture,…). La période de mise bas est généralement entre mai et juin, mais les femelles sont capables de s’adapter à la variabilité du climat pour assurer les meilleures chances de survie du jeune. La plupart du temps, un seul petit voit le jour. Le taux de mortalité des jeunes est très important, proche des 50%, et parfois supérieur. La durée de vie des chauves-souris est très variable selon les espèces et le milieu dans lequel elles évoluent.

Protections et menaces

Toutes les espèces de chauves-souris présentes en France sont protégées par la loi (Protection de la nature 1976, arrêtés ministériels du 23 avril 2007 modifié par celui du 15 septembre 2012, Conventions de Bonn et de Berne 1979, Directive Européenne Habitats, version consolidée septembre 2019). Malgré cela, les effectifs ne cessent de baisser. La région Sud à elle seule, a perdu près de 70 % des sites occupés par les espèces cavernicoles et une division des effectifs par 4 en 30 ans. Outre les dérangements, la destruction de leurs gîtes de reproduction, de transit et d’hibernation, la perte des territoires de chasse, l’industrialisation des pratiques agricoles, la simplification des paysages et la disparition des haies, ou les éoliennes, la densification du réseau routier jouent également un rôle néfaste et souvent funeste dans cette disparition silencieuse. Un Plan Régional d’Actions en faveur des Chiroptères est reconduit pour 2018-2025. Ce PRAC est une déclinaison du Plan National d’Actions Chiroptères, il est réalisé en partenariat étroit entre la DREAL, la Région SUD (PACA), et le Groupe Chiroptères de Provence qui est en charge de coordonner toutes les actions en faveur des Chiroptères.

Le Groupe Chiroptères de Provence

L’association forte de 25 années d’expériences a pour but l’étude, la conservation et la protection des chauves-souris. Son équipe dynamique et passionnée aidée de nombreux bénévoles, apporte son expertise, ses conseils scientifiques et sensibilise le public tout au long de l’année lors de diverses manifestations, diffusions de films, conférences, suivis de population et inventaires de gîtes. L’association gère un service « SOS chauves-souris » qui peut être contacté par téléphone au 07 81 32 44 16 ou sur son site : https://gcprovence.org, si vous trouvez une chauve-souris en détresse ou dans le cadre d’une cohabitation problématique. Vous trouverez toutes les réponses et conseils auprès de spécialistes à votre écoute.

Essaim de Grand Rhinolophe

Chauves-souris en Ste Baume

Le Massif de la Sainte Baume est constitué de roches calcaires présentant de nombreuses grottes, elles sont des abris idéaux pour nos petites amies si utiles. Elles affectionnent également le bâti ancien offrant un gîte confortable et sûr au sein de ses combles ou des caves. Cabanons agricoles et vieilles granges sont à ce titre très précieux. Les grands arbres creux, vivants ou morts, sont aussi largement utilisés comme gîte. La forêt de la Sainte Baume est là aussi, idéale pour elles car les vieux arbres sont légion.
En Sainte Baume les menaces sont nombreuses. Urbanisation, rénovation énergétique du bâti souvent sans prendre en compte l’existence de nos amies, parc éolien, centrales photovoltaïques dans le milieu naturel. Actuellement, l’exploitation d’une carrière de granulats sur un ancien site minier de la commune de Mazaugues, menace par son impact direct plusieurs espèces présentes sur le site, dont le Minioptère de Schreibers qui fait l’objet de suivis réguliers depuis plusieurs années.

Petit essaim de Minioptères de Schreibers

Les chauves-souris sont fascinantes, utiles et n’ont pas encore révélé tous leurs secrets. Aider à leur protection ne serait-ce qu’en leur proposant un gîte, c’est aussi aider à maintenir un équilibre au sein d’une biodiversité mise à mal et dont nous avons grandement besoin. La mise en place d’un nichoir spécifique est une des solutions les plus simples pour aider à leur conservation. Si vous souhaitez participer à leur préservation, rejoignez-nous et venez découvrir ce petit mammifère étonnant. Toutes les infos sur le site de Groupe Chiroptères de Provence : https://gcprovence.org

A bientôt !

Edition 2020 - Article rédigé à quatre mains par Christine Bionda et Frédéric Portalier