La Forêt de Sainte Baume & le Féminin Sacré

Présentation du Guide Sainte-Baume | La Sainte-Baume | Edition papier

La Forêt de Sainte Baume & le Féminin Sacré

S’il est un lieu en Provence qui symbolise le féminin sacré, c’est bien la forêt de la Sainte Baume.

La première image qui me vient à l’esprit est celle de Marie Madeleine traversant les bois sacrés, et gravissant des chemins, bien plus sauvages que ceux que nous connaissons actuellement, pour se réfugier dans la Sainte grotte. Elle fut sûrement inspirée par la vision de cemassif majestueux, mais savait-elle déjà que cette montagne et sa forêt était un lieu de culte lié à la féminité depuis la nuit des temps.

Non loin de la Baume sacrée, la grotte aux œufs était sans doute déjà considérée comme la grotte de la fécondité. Les concrétions calcaires, stalactites arrondies aux formes généreuses de seins ou de ventres, laissent penser que des hommes et surtout des femmes virent y vénérer une déesse, afin que s’exaucent leurs vœux de procréation.

En cheminant plus loin encore sur le flanc nord du massif, nous accédons par un petit sentier scabreux, à la grotte des Cèdres, où les archéologues ont mis en évidence les traces rares de l’homme de Neandertal, cette grotte peu accessible et exiguë, devait sans doute être plus un lieu de culte funéraire, qu’un habitat.

Pierre Roumel un journaliste Provençal, Rencontré un jour sous le chêne Héraclès, me racontait que dans son enfance, les femmes de son village, et notamment sa mère, venaient à la Sainte Baume pratiquer des cérémonies très particulière, elles sont d’ailleurs relatées dans un livre de Jean Paul Clebert qui explique que des femmes ou des jeunes filles passaient la journée dans la forêt et déposaient en forme de triangle, des pierres, dont une érigée au centre. Cette petite œuvre de Land Art était censée assurer à la femme mariée une naissance, à la jeune fille un mari dans l’année.

De nos jours des couples qui ont des difficultés à avoir un enfant viennent à la grotte aux œufs espérant ainsi devenir parents, et quelques témoignages le confirment, il arrive que parfois une heureuse naissance vienne combler leurs vœux.

Un autre culte raconte que les jeunes couples mariés qui enlacent le premier gros chêne qu’ils rencontrent dans la forêt sont assurés, d’avoir aussi des enfants.

J’ai connu un chêne dans le massif de la Caïre que l’on nommait Dionysos, de là a imaginer des bacchanales les nuits de pleine lune….

Il est dit que la forêt Sainte Baume fut le lieu de culte de la déesse Artémis, des vestiges furent retrouvés à Marseille, cette grande ville si près, à vol d’oiseau, de la forêt sauvage.

D’autres racontent encore que Sainte Marie Madeleine serait un glissement de la déesse comme on retrouve souvent la chrétienté installée sur le socle d’une religion bien plus ancienne.

Enfin ces grottes, Le chant des sources et des oiseaux, le parfum des fleurs et des sous bois, la luxuriance exceptionnelle de cette forêt font de ce lieu un symbole de féminité….il est dit que les hommes qui s’y promènent, peuvent au détour d’un chemin y rencontrer l’amour, sinon la foi…..

Ecrit par Christian Vacquié, garde ONF au Plan d’Aups Sainte Baume - Edition 2013 - Publié le 05/02/2013