Un parcours culturel au cœur du terroir viticole

Terroir & Acteurs de développement > Des métiers et des hommes | Nature | Histoire, culture & traditions

Un parcours culturel au cœur du terroir viticole

Je m’appelle Isabelle Arlery, Guide-conférencière. Je vous invite à un parcours découverte culturel sur ce territoire au riche patrimoine œnologique !

Savez-vous que c’est par la Provence que le vin a pénétré en Gaule ? Eh oui, c’est en commerçant avec les Grecs, fondateurs de la plus ancienne ville de France, Marseille, que les gaulois ont été initiés à la fabrication du vin. Et tout de suite, ça a été le coup de foudre ! Au point que bien vite l’élève a dépassé le maître !  Cette histoire d’amour continue : en témoignent tous les domaines viticoles présents sur le terroir.

Tout au long de votre route, vous apercevrez le massif de la Sainte-Baume. Imaginez la beauté du paysage qui vous attend là-haut : un plateau situé à 700m de hauteur, une falaise de 300 mètres et au cœur de cette falaise : une grotte !  En Provençal Baume signifie Grotte. Sainte-Baume, parce que c’est dans ce lieu que, d’après la Tradition des Saints de Provence, Marie Madeleine a vécu pendant une trentaine d’années.  Les textes nous permettent d’affirmer que, depuis au moins 9oo ans, on voue un culte à la Sainte dans cette grotte aménagée comme une église au cœur de la roche. Pour accéder à la grotte vous traverserez une forêt dite « relique » protégée depuis des siècles par les Rois de France, peuplée d’arbres plusieurs fois centenaires et d’essences comme le hêtre, que l’on ne peut voir nulle part ailleurs en Provence. Depuis le parvis de la grotte de la Ste Baume et en direction du Nord est, vous pourrez apercevoir Saint-Maximin et la silhouette impressionnante de la basilique. C’est la plus grande église gothique du Sud-Est de la France. Le Comte de Provence l’a construite pour accueillir les reliques de Marie Madeleine. La basilique renferme de nombreux chefs d’œuvre de l’Histoire de l’Art. Certains sont bien cachés…

Vous pouvez choisir de monter sur le plateau par la route d’Auriol à l’ouest et redescendre sur Nans à l’est.  Aujourd’hui, nous continuons vers Saint-Zacharie. Passée la route des gorges de la Sambuc qui épouse les courbes de la rivière, nous mettons le cap vers Nans-les-Pins. La chapelle de la Miséricorde, qui vient d’être rénovée, est comme une porte du temps. Elle fait le lien entre l’ancien et le nouveau village, sur le célèbre «Chemin des Rois » qu’empruntaient ces illustres personnages, mais également les plus humbles des pèlerins. La route était longue depuis la basilique de Saint-Maximin jusqu’à la grotte . Pendant des siècles on se déplaçait à pied ! On pouvait alors faire halte à Nans. Un sentier de découverte pour la visite du Castrum du Vieux Nans démarre tout près de la chapelle.  Un castrum est un village fortifié : un château, son église et le village construit tout autour ! Cette image du Moyen âge nous est si familière dans le paysage d’aujourd’hui !  Pourtant l’histoire de sa mise en place progressive était finalement très peu connue avant que la célèbre archéologue Gabrielle Démians d’Archambaud ne fasse dans les années 70 une grande campagne de fouilles sur le site très riche du Castrum St Jean à Rougiers. Depuis ce lieu, nous sommes tout près de la Glacière de Pivaut : cette impressionnante tour circulaire en pierre, de 25m de haut et 18m de diamètre, servait à conserver au frais … de la glace ! Pourquoi y en avait-il autant ici ? Comment la produisait-on ? Où l’amenait-on et qui la consommait… C’est toute l’histoire du commerce de la glace dans le massif de la Sainte-Baume.

Depuis Mazaugues, la route nous conduit à La Celle. Son Abbaye accueillait des femmes, certaines étaient issues de grand lignage. La Comtesse de Provence, Garsande de Sabran, s’y est retirée en 1225. Après l’architecture de la basilique de Saint-Maximin, ce lieu permet de s’imprégner de l’ambiance et de l’esprit de l’âge roman.

En passant par Brignoles, nous traversons l’ancienne cité des Comtes de Provence, nous nous dirigeons vers Montfort-sur-Argens et Cotignac. Nous traverserons alors des  terres et des sites ayant appartenu au mythique Ordre des Templiers. Mais c’est encore une autre histoire …

Si vous souhaitez visiter ces lieux et en découvrir bien d’autres en ma compagnie, En apprendre à voir ce que ces beaux paysages nous disent d’eux, de notre histoire commune et combien tout est lié…

Contactez-moi au 06 06 41 22 23

Edition 2019 - Isabelle Arlery – Guide Conférencière