Pollution lumineuse

Terroir & Acteurs de développement | Nature > Patrimoine naturel | Histoire, culture & traditions

Pollution lumineuse

Le patrimoine naturel nocturne du PNR de la Sainte-Baume représente, par sa définition, ce qu’il est nécessaire de protéger pendant un espace de temps (la nuit) dans un espace géographique (le PNR).

Un constat : la carte ci-dessous simule la pollution lumineuse dans le périmètre du PNR de la Sainte-Baume : forte dans les zones urbanisées (teinte magenta, rouge et jaune), plus faible dans les zones naturelles (teinte verte, bleu clair, bleu foncé). La région bleue centrale est le massif de la Sainte-Baume, la petite zone centrale rouge bordée de jaune est Signes. Plan d’Aups est au Nord-ouest-ouest, Nans les Pins au Nord-ouest, Mazaugues et La Roquebrussane au Nord-est, etc…La zone magenta au Sud-ouest, c’est Aubagne et la vallée de l’Huveaune, au Sud les villes de la côte…

(Modélisation de la pollution lumineuse visuelle nocturne, de la plus forte à la plus faible: teinte magenta – rouge – orange – jaune – vert – cyan – bleu. Carte AVEX , Fréderic Tapissier, 2007 ) 

Il existe donc une large zone, centrée sur la chaine de la Sainte-Baume et le Siou-Blanc, qui est relativement préservée mais qui se réduit progressivement ! Cette zone est riche en espèces animales nocturnes représentant une biodiversité remarquable. Elle est de plus fréquentée par une espèce particulière, celle des astronomes amateurs de notre région.

 Les enjeux : Les arguments en faveur d’une protection à long terme  sont d’ordre environnemental, économique, sanitaire, scientifique et culturel :

– l’alternance du jour et de la nuit règle depuis un milliard d’années la vie animale et végétale, or la pollution lumineuse perturbe la vie nocturne (physiologie végétale et animale, déplacements, migration, reproduction, alimentation des animaux) aboutissant à un déséquilibre des écosystèmes  et à un appauvrissement de la biodiversité,

– le ciel nocturne est un élément naturel et inaliénable de l’environnement et de notre culture, et sa préservation dans le périmètre d’un P.N.R se doit d’être exemplaire,

– l’éclairage public et privé est indispensable à la vie sociale dans les domaines du confort et de la sécurité, mais la prolifération d’un éclairage urbain et routier inutile ou mal conçu et d’un  éclairage publicitaire envahissant constitue en plus d’une menace pour l’équilibre naturel de la vie, un gaspillage d’énergie et de deniers publics, une gêne visuelle imposée aux riverains, une gêne sanitaire entravant un sommeil réparateur…

Les moyens de protection existent et sont proposés par l’Association Nationale pour la Protection du Ciel et de l’Environnement Nocturnes, association de protection environnementale, adhérente de FNE et  agréée en février 2014 par le Ministère de l’Écologie, du Développement durable et de l’Énergie.   Ces moyens sont représentés par :

la diffusion de recommandations, auprès des municipalités et des particuliers, concernant le mode d’éclairer, le choix des lampadaires, la durée de l’éclairage nocturne, en expliquant l’impact négatif d’un éclairage mal conçu et les économies réalisables parmi celles que les communes recherchent,

– la proposition faite aux communes de signer une Charte les engageant à inscrire ces recommandations dans le cahier des charges pour tous travaux de construction ou d’aménagement effectués sur le territoire de la commune et à les faire appliquer pour tout éclairage public ou privé. En août 2014, la Charte a été signée dans les environs de la Sainte-Baume par les communes de Rocbaron, Garéoult, Forcalqueiret, Mazaugues, Méounes, Néoules, La Roquebrussane, Ste Anastasie, Saint-Zacharie, Auriol, et notre objectif est d’inclure cette Charte dans celle du PNR de la Sainte-Baume.

Ces recommandations peuvent se résumer comme suit :

– l’éclairage doit être limité en intensité et en durée aux stricts besoins de la population et aux impératifs réels de la sécurité,

– les appareils d’éclairage extérieur doivent utiliser des capuchons réflecteurs efficaces de manière à éclairer uniquement ce qui doit être vu et à ne pas être éblouissants, le rayonnement de toutes les sources lumineuses sera obligatoirement orienté du haut vers le bas, et non vers le haut ni même vers l’horizontale :

– les éclairages des monuments, des enseignes publicitaires, de tout autre édifice ou lieu, peuvent être éteints pendant les heures de la nuit où tout le monde dort, à l’aide de programmateurs (horloges astronomiques), de minuit à 05h comme l’on fait la plupart des communes qui ont adopté cette mesure,

– la projection de lumière sur des éléments du patrimoine naturel est à proscrire (formations rocheuses, lacs, entrées de forêt …).

– l’utilisation de lampes ayant le meilleur rendement énergétique permettant d’en diminuer la puissance doit être une priorité, ainsi que l’emploi d’une signalétique réfléchissante,

– pour toute nouvelle installation ou réfection de réseau, le calcul de la puissance des sources pourra être défini suivant les normes du cahier des clauses techniques particulières établi par l’ANPCEN.

ANPCEN (Association Nationale pour la Protection du Ciel et de l’environnement Nocturnes) SAF / 3 rue Beethoven – 75016 PARIS   E-mail : info@anpcen.fr – http://www.anpcen.fr – jp.bousquet@wanadoo.fr

Edition 2015 - Jean-Pierre Bousquet