Histoire d’une forêt exceptionnelle

Terroir & Acteurs de développement | Nature > Patrimoine naturel | Histoire, culture & traditions

Histoire d’une forêt exceptionnelle

A quelques dizaines de kilomètres de la mer, entourée par des légions de pinèdes et de garrigues arides, résiste encore de nos jours un peuplement d’arbres montagnard formé de hêtres d’ifs et de houx. Des arbres aux houpiers immenses qui se plaisent à toucher les nuages pour en cueillir leurs gouttelettes de pluie. Des feuillus aux écorces grises et lisses que couvrent des lianes de lierre et des tapis de mousses. Là-bas, les sources font couler des ruisseaux qui serpentent avant de disparaitre dans un sol profond. Bienvenue dans la hêtraie du Plan d’Aups, écoutez donc son histoire… Difficile de ne pas prononcer les mots paradis ou miracle lorsqu’après une heure de route, sous un soleil de plomb, on se retrouve à l’ombre de chênes immenses qui gardent avec les hêtres leur trésor de fraicheur. Il fut une époque, en des temps reculés où les hommes encore primitifs peuplaient les grottes de la région, où le froid ne laissait à nos pins d’Alep et chêne vert que le bord de mer et les falaises ensoleillées. Les chênes pubescents et les fayards régnaient alors en maîtres sur nos reliefs. L’histoire raconte que ce royaume immense fut attaqué par deux armées d’assaillants redoutables : la chaleur du climat qui suivait la fin d’une glaciation et l’homme qui évoluait en devenant sédentaire après l’invention de l’agriculture. Réchauffé par l’un et coupé par l’autre, le royaume de la chênaie blanche et de la hêtraie fut rapidement morcelé, Beaucoup plus sensibles à la chaleur, les hêtres devinrent les réfugiés climatiques de l’ombre et des hauteurs inaccessibles cernés par un climat méditerranéen. L’issue semblaient évidente devant l’incroyable ardeur des attaquants et pourtant…

Soutenus par des alliées inespérées (altitude, exposition au nord amplifiée par une falaise et présence d’une grotte devenue lieu de culte) les hêtres du plan d’Aups ont résisté, protégeant sous leur feuillage tout un cortège de plantes et d’animaux exceptionnels. De nos jours où le réchauffement climatique annonce la reprise des hostilités, la forêt de la Sainte Baume ne peut plus compter que sur les hommes pour sa sauvegarde, nous lui devons bien ça non ?

www.animateur-nature.com

Ecrit par Eric Pensa - Edition 2009