Marie Madeleine, Marie de Magdala

Terroir & Acteurs de développement | Nature | Histoire, culture & traditions > Culture

Marie Madeleine, Marie de Magdala

Le 5 mars 2017 eut lieu en Sainte-Baume une cérémonie pour établir un pont vibratoire avec le site de MAGDALA nouvellement ramené à la lumière, au bord du lac de Tibériade, à l’occasion de la fête de la Femme et du Symposium « Women of influence : hope for humanity » qui s’y tient ce jour même.

Accueillons ce bonheur d’être ensemble dans ce magnifique paysage, la grâce d’être libres de nous unir au-delà de tout conditionnement.

Nous sommes là autour de ce Sceau de Salomon, symbole d’Union et de Paix. Nous avons participé à sa matérialisation, délicatement, au milieu de ce champ entouré de bois et traversé par un sentier qui relie la Sainte-Baume à Marseille dans un paysage rocheux très accidenté qu’a probablement emprunté Marie-Madeleine il y a 2000 ans.

Ce Sceau nous parle des NOCES entre le feu et l’eau, la terre et le ciel. Les énergies cosmiques et telluriques se rejoignent en son centre et c’est là que nous sommes appelés aujourd’hui, toute l’humanité et chacun et chacune d’entre nous, appelés à vivre ces Noces, car les temps sont venus.

Accueillir la lumière dans toutes nos cellules, c’est-à-dire la Conscience-source, tout en recevant les cadeaux infiniment variés de la Nature, des plantes, des animaux, des minéraux, des cristaux…Symbole alchimique  incluant et dépassant nos traditions.

Nous sommes effectivement réveillés par la lumière qui entrouvre d’immenses champs de connaissances multi dimensionnelles et offre l’opportunité de guérisons et par les quatre éléments qui nous étrillent à tour de rôle ou tous ensemble !  tornades,  tremblements de terre,  réveil des volcans,  inondations.  Festivals aussi violents qu’inattendus au service de la libération de nos mémoires de terriens.

Bénis soient ces temps qui nous poussent à l’extrême de notre énergie masculine déshumanisée :  combats, prédations, aveuglements – alors que tout est à notre portée en abondance et offert en partage -jusqu’au basculement ! hélas, tant qu’il reste des zones d’habitudes et de confort, nous nous adaptons  et rien ne change vraiment…

La seule alternative possible : revenir au Centre, dans le Cœur pour réinventer la Vie ensemble.

Pourquoi une offrande de la Provence à la Terre sainte ?

La famille de Jésus et certains disciples hommes et femmes sont arrivés dans le delta du Rhône il y a 2000 ans après avoir trouvé refuge en Egypte quelque temps. Ce delta est comme le sexe de la France, entre les Saintes-Maries-de-la-Mer, Avignon, Aix-en-Provence et ils se sont déployés en éventail, ensemble et séparément, dans toute la Gaulle pour répandre l’enseignement de Jésus.

Le temps semble venu de ramener symboliquement cette énergie-source du Christianisme en ses terres qui ont tant besoin d’être irriguées à nouveau de conscience et d’amour. L’énergie féminine est le passage. La France est la « fille ainée » de l’Eglise, elle a été bénie par de nombreuses apparitions mariales, et a accueilli de grandes saintes telles que Thérèse de Lisieux, Marthe Robin, Yvonne-Aimée de Malestroit.

Souvenez-vous, en 2013, lorsque que les 9 cloches de Notre-Dame de Paris ont été déposées dans la nef durant un mois comme de grandes dames majestueuses, en attendant d’être réaccordées au son originel ? Là s’est amorcé le chemin du retour…

La Provence est imprégnée du baume de Marie-Madeleine. Nombre de françaises aujourd’hui, en leur maturité spirituelle, se reconnaissent en cette femme libre, aimante et généreuse répondant spontanément à l’appel du Christ. Elles ne se sentent plus entachées des multiples projections qui ont accablé l’image de cette femme au cours des siècles.  Et puis l’émergence du site de Magdala au bord du lac de Tibériade depuis 2010 est un signe de bienvenue…

Contexte actuel d’Israël

Depuis plus de 60 ans l’État d’Israël doit faire face à une immigration impressionnante (40 % de Russes actuellement) et bâtit follement n’importe où, n’importe comment dans l’urgence, les collines pelées sont couvertes d’immeubles, les bords de mer aussi, un véritable sabotage de cette terre sacrée !

Entre le matérialisme extrême et les intégrismes variés, il y a des îlots de prière bien protégés. Les anciens Kibboutz devenus villages aux populations hétéroclites, sont entourés de grilles et accessibles avec un code. Les plus beaux sites naturels ou religieux sont devenus des « réserves », il faut payer pour y accéder.

Seule l’énergie féminine en sa mobilité poétique, peut remédier à ce désastre, à tous les niveaux : accueillir, assimiler, relier, transformer, transcender.

Tant que les femmes de ce pays ne dévoileront pas leur sagesse,  leur puissance intérieure,  leur douceur,  leur créativité, rien ne pourra advenir de pacifique, ni en Israël, ni ailleurs. Ceci est en émergence sur le plan inter religieux d’une façon bouleversante. (cf la marche pour la paix des femmes à Jérusalem en novembre 2016).

Qu’avons-nous à offrir à ce pays ?

Je suis tentée de dire : notre lassitude de résister à l’amour…

Mais certainement pas un modèle de paix et de fraternité !  Nous avons constamment alimenté la dualité ethnique et religieuse sur notre territoire et ailleurs,  entre accueil et rejet…guerres de religions, les cathares, les huguenots, les juifs, les arabes, les templiers…conquêtes, oppressions, assimilations douloureuses !

Et pourtant, envers et contre tout,  et je ne parle pas de notre mental prolifique ! nous pouvons offrir cette qualité féminine qui a survécu à tous les drames : la créativité, la perfection des métiers d’art, dans la pierre, le verre, la toile, les espaces verts, l’univers du son, des couleurs, des mots.

Malgré l’invasion des zones commerciales déprimantes, la médiocrité de notre urbanisation, les français sont amoureux de leur patrimoine si somptueux et varié et restent soucieux de le protéger : châteaux, églises, parcs. C’est un pays dans lequel on peut se promener presque partout dans la paix, la beauté, l’émerveillement. Chaque région est un joyau unique, une cellule exaltée d’un corps cohérent appelé hexagone, c’est-à-dire régit par le Nombre 6 qui est celui de la particule initiale de la lumière…ce corps a beaucoup souffert des expériences humaines mais se maintient en harmonie.

Nous pouvons offrir à la terre d’Israël ce que nous nous offrons à nous-mêmes…notre douce France est relativement équilibrée dans ses polarités.

Marie-Madeleine est l’archétype de cet équilibre : accueil et fécondation de la lumière dans le monde incarné, par son énergie féminine, transmission du Verbe par son  énergie masculine.

Si elle n’avait pas été un vase aussi  parfait que peut l’être un être divin marchant dans une réalité limitée, comment Jésus, une fois disparu,  aurait-il pu accomplir l’Oeuvre ?  soulager la terre de cette chape d’ombre millénaire qui l’étouffait  ?  Elle a rendu la lumière accessible à tous. Il a remis son Esprit dans le cœur des femmes…et c’est cette terre aride et pourtant si riche d’un héritage biblique toujours vivant, qui a été choisie pour l’expérience.

Jésus s’est immergé dans le Jourdain, intégralement, c’est-à-dire qu’il a épousé l’élément Eau d’où émerge toute vie, afin de réinitialiser la lumière en sa Source terrestre. Ne serait-il pas naturel de supposer qu’il a fusionné avec l’élément terre, en Marie-Madeleine, afin de réinitialiser l’ADN de notre planète ? S’il n’avait fait qu’effleurer l’incarnation, comment aurait-il pu prétendre ramener les brebis égarées au Père ?

Il est temps que les femmes reprennent leur place divine dans ce partenariat et c’est tout naturellement du côté de l’énergie féminine que penche notre projet.

Comment les femmes d’Israël peuvent-elles se positionner face à un pays durci, verrouillé dans ses croyances, son orgueil, ses interprétations ? Sauront-elles emprunter un chemin qui respecte plus que tout le droit à la vie de leurs enfants, au-delà de tout conflit d’idées et de territoires ? si elles ne se sentent pas soutenues par leurs frères et sœurs d’autres contrées ?

Dieu est féminin en sa créativité perpétuelle et infinie !

Projet

Organiser une rencontre artistique inter religieuse et ethnique sur le site de Magdala en mars 2018 incluse dans un voyage en Israël sur différents sites essentiels. Faire parler et chanter les collines autour de Tibériade, là où Jésus marchait, là où les disciples convergeaient.  Réveiller et relier ces lieux enchantés en toutes  langues, en toutes expressions sacrées dans la joie et la liberté !

Je me suis rendue à Tibériade en mai 2016 pour rencontrer les bénévoles qui oeuvrent à la mise au jour de la Synagogue datant du temps de Jésus ainsi qu’à la construction d’un lieu d’accueil sur le site de Magdala si évocateur. Leurs préoccupations sont bien concrètes pour le moment mais un lien de confiance est établi entre nous et toutes propositions dans un esprit de paix est bienvenue. Mon rêve : RESPIRER ensemble un air sans frontière, marcher, chanter, conter, déclamer dans ces collines si douces aux vallons embaumant le jasmin au printemps…

06 32 41 73 55

Ecrit par Françoise Since - Edition 2017