Les cercles à Nans-les-Pins

Terroir & Acteurs de développement | Nature | Histoire, culture & traditions > Histoire

Les cercles à Nans-les-Pins

En arpentant les communes de la Provence Verte, le visiteur curieux se sera peut-être interrogé en remarquant à l’entrée de certains cafés, restaurants ou lieux culturels, des enseignes identifiant ces locaux comme des cercles. Avec notre association « Nans Autrefois » nous vous invitons aujourd’hui à découvrir ou redécouvrir le passé de ces institutions, leur histoire, leur « esprit », leurs évolutions dans notre village.

Notre présentation locale assortie à l’histoire de nos cercles est une illustration modeste des études portant sur la sociabilité méridionale illustrée notamment par deux ouvrages de référence publiés en 1970, l’un de l’historien Maurice Agulhon, l’autre de l’historienne et sociologue Lucienne Roubin.

A la lecture de ces auteurs le cercle apparaît comme une « maison des hommes » qui soudait la communauté. Vous pourrez constater que cette allégation était vraie aussi dans notre village au travers de documents et de témoignages recueillis auprès de ceux qui ont eu la gentillesse et la générosité de nous les faire partager.

Historique de leur création à Nans les Pins 

Issues de l’histoire, les chambrées la Minerve, la Montagne et la Jeune France sont dissoutes le 20 Novembre 1850 à la suite d’un défaut de déclaration des étrangers et à des discutions politiques. Toutes avaient pour objet la conversation, la lecture et la consommation de boissons. Le 16 mai 1865, le sous préfet autorise la création du cercle d’Apollon.  En 1871 on compte 65 membres, propriétaires, cultivateurs, bucherons, boulangers et maçons. Les cercles de l’Union démocratique et des Amis sont autorisés verbalement par le Maire à la même période. Ils comprennent respectivement 46 et 30 membres parmi lesquels on trouve des propriétaires, des cultivateurs, des charbonniers un perruquier et un maçon.

Le 6 mai 1872 le cercle des Bons Amis obtient son autorisation préfectorale. Onze jours plus tard, le 17 mai,  les cercles d’Apollon et de l’Union démocratique sont également autorisés avec de nouveaux statuts. Ils comptent tous deux une quarantaine de membres et sont installés sur le cours. Le cercle de l’Union Démocratique accueille au premier étage, en 1914, une société de la Libre Pensée et fait partie de la fédération des cercles rouges en 1924. Dans le mouvement général qui a vu l’apogée des cercles sous la Troisième République avec un lent recul de la fréquentation à partir des années 1910 les deux cercles dits des « blancs » et des « rouges » côte à côte sur le cours de notre village, ont poursuivi – au gré des évènements nationaux et internationaux- une cohabitation parfois mouvementée mais jamais agressive. Mêmes s’ils étaient aussi le lieu des expressions politiques différentes de la population locale pendant la période tourmentée de la première moitié du 20ème siècle, nous savons au travers de savoureuses anecdotes et de témoignages qu’ils ont participé aussi avec les caractéristiques de l’époque à une harmonie sociale de notre village provençal.

Les deux cercles sont aujourd’hui remplacés sur le Cours Général de Gaulle par un restaurant et une agence immobilière.

Nous n’oublierons pas dans cet historique de noter qu’en 1936 le cercle d’Apollon déménagea sur un terrain mis à disposition par Mr Jaubert Aimé, maire de l’époque où l’on construisit le cercle de la concorde qui porta ce nom pour réconcilier les différentes familles politiques du village. Il cessa toute activité de type associatif le 30 Avril 1981.

Par ailleurs le Cercle Démocratique est resté sur le cours jusqu’en 1986 avant de déménager dans la Rue Jean Aicard dans un local actuellement mis à disposition de l’ADMR (Association d’Aide à Domicile en Milieu Rural).

Edition 2019 - Bernard Leydet