La Provence, une histoire qui se construit de génération en génération

Terroir & Acteurs de développement | Nature | Histoire, culture & traditions > Histoire

La Provence, une histoire qui se construit de génération en génération

Si la Provence est une terre riche de traditions, de contes et de mythes, ce n’est probablement pas un hasard. Nous sommes ici au pays des tout premiers troubadours, poètes des 12e et 13e siècles qui composaient leurs chansons en langue d’oc. Grâce à eux, la transmission orale de légendes, de hauts faits et de parcours individuels hors du commun a toujours eu ici une place de choix. Les collecteurs, trouveurs, scribes et autres conteurs ont pris le relais au cours des siècles, suivis par les historiens et sociologues, mais aussi par les biographes et romanciers… chacun à leur manière, ils ont contribué – et contribuent encore – à écrire l’histoire de la Provence et de ses habitants. Et peu importe que leurs récits, aux uns et aux autres, soient parfois teintés d’imaginaire, d’extravagant, de suppositions ou même de sacré, ils partent toujours d’une réalité géographique et historique, d’un parcours individuel singulier et bien réel.

Témoins d’une culture, d’une époque, mais aussi témoins de superstitions et de croyances liées à un village, une ville, une région, ces contes, légendes et témoignages ont pu parvenir jusqu’à nous parce qu’ils ont été transmis de génération en génération, oralement d’abord, puis par écrit. Ils sont aujourd’hui pour nous une source de connaissances à bien des points de vue : social, culturel, géographique, historique… et constituent à ce titre des richesses patrimoniales absolument inestimables.

Et si chacun d’entre nous avait un rôle à jouer dans la continuité de cette transmission ? Riche de ce patrimoine, la Provence est aussi riche des hommes qui l’ont façonnée, admirée, aimée, et dont elle a été le berceau ou le refuge plus tardif, qu’ils soient célèbres ou qu’ils ne le soient pas. Chaque destinée humaine est une histoire qui mérite d’être contée, ne serait-ce que parce qu’elle est reliée à un lieu, à une époque et qu’à ce titre, elle fait partie d’un tout.

« Un ancêtre qui disparaît, c’est une bibliothèque qui brûle. »

C’est pourquoi nous devrions renouer avec la tradition et continuer à perpétuer les histoires de famille, pour que jamais elles ne tombent dans l’oubli. Pour que les événements passés continuent à nous éclairer sur notre monde actuel et à mieux préparer celui qui vient.

ajesupret@yahoo.fr – www.larembobineuse.fr

Ecrit par Agnès Jésupret - Edition 2017