Le chant des Sources et la symbolique du Feu

15 06 2013

Le chant des Sources et la symbolique du Feu

Que se passe-t-il à la Coutronne ?

La maison d’hôtes de La Coutronne accueille régulièrement des stages résidentiels, et en cette mi-juin 2013, c’est un stage pour aller « A la rencontre du chant des sources et de la symbolique du feu à la Sainte Baume ». Une dizaine de personnes sont réunies autour de Christian Vacquié, animateur nature et professeur de yoga, et Annie La Mesta, animatrice d’atelier nutrition. Sous le vénérable érable de Montpellier de La Coutronne, puis dans la forêt de la Sainte Baume, les présentations et les échanges vont bon train, chacun contribuant selon ses compétences.

A l’exposé des  transformations multiples du grain de blé pour qu’il devienne du pain nourricier, l’impression de revenir aux sources de notre humanité s’élabore. L’eau qui fait gonfler le grain en association avec la chaleur permet au germe de sortir du grain, ainsi qu’une racine, les deux se développant en proportion vers le ciel et la terre, le broyage du grain pour en faire une farine panifiable fait appel au mouvement et à l’énergie de la meule de pierre, l’eau qui aide à constituer la pâte, le levain qui introduit l’air dans la pâte  et la fait gonfler, et finalement, le feu saisissant l’ensemble pour le cuire … tous ces éléments, nous allons les retrouver dans la forêt de la Sainte Baume, sous des formes différentes mais toujours en lien avec l’expression de la vie. Le pain nourrit l’homme, mais aussi la nature, dans une alchimie dont les arcanes sont à découvrir. Lieu de ressourcement s’il en est, la forêt de la Sainte Baume associe tous les éléments, tous les règnes de la nature, pour notre plus grand émerveillement.

Après une exploration concrète en forêt, vient un moment de partage sur la symbolique des éléments constitutifs de la vie, en s’appuyant sur le tarot des lettres hébraïques. Dans les symboles, tout est contenu, le chemin est à découvrir pas à pas, et chacun peut prendre conscience de sa responsabilité à parcourir le chemin de vie.

 

Ce stage invite naturellement à l’introspection, à la révélation du mystère de la vie, et un lien fondamental se découvre dans la référence faite à Jésus, symbole du pain de vie. Dans la Bible, il est rapporté que Jean le Baptiste disait : « Moi je vous baptise par l’eau, mais Lui, il vous baptisera par le feu ». Et c’est le Souffle de l’Esprit saint qui s’incarne, ce feu qui anime le vivant. Que se passe-t-il lorsque l’on souffle sur le feu ? Il s’intensifie. Et le souffle dans l’eau, serait-ce le chant de l’eau jaillissante, l’eau de vie, l’eau des sources ?

 

Témoignage

En m’approchant de la forêt de la Sainte Baume, je me sens accueillie par le grand chêne Herakles, gardien imposant et rayonnant, bien qu’affaibli. Je ressens le passage des visiteurs admiratifs mais si souvent peu conscients de l’effet désastreux de leur enthousiasme. Car un arbre déploie ses racines bien loin de son tronc, dans cet humus précieux dont il tire ses substances vitales. L’ensemble racinaire de l’arbre dans la terre est aussi important en volume que l’ensemble des branches qui se déploient vers le ciel, précise notre accompagnateur. Autrement dit, nous mettons les pieds dans le plat sans le vouloir, et menaçons l’assiette, autrement dit l’équilibre de l’arbre ! Le respect du vivant s’apprend, et ici, pour préserver la vie, évitons de piétiner au pied des arbres.

Une vibration subtile et mystérieuse attire ici le visiteur. S’il est attentif et monte en silence, recueilli en lui même, la forêt se révèle à lui dans ses aspects intimes, s’adressant avec délicatesse au profond de l’être. Après une petite montée, voici une première  étape rafraîchissante, la source Saint Zacharie, en face de laquelle se déploie Merlin, autre chêne célèbre de la forêt. Protégée de la flamme solaire, dans l’ombre aérée des arbres centenaires, je me sens comme enveloppée d’un mystère flottant, du genre « les brumes d’Avalon ». J’écoute avec tout mon corps, tout mon cœur, tout mon être. L’esprit de la forêt est-il en train de me saisir, de m’enlever littéralement au monde extérieur ?  L’eau jaillissante de la fontaine me propose un premier apaisement, l’eau qui coule dans ma gorge est une eau de vie, une eau mobile qui réjouit toutes mes cellules. Comme le veut la tradition, je formule un vœu lorsque le précieux liquide dévale en moi. Je ressens à quel point tous les éléments se donnent le mot, dans un subtil mouvement, dans une subtile harmonie, pour éveiller  une partie de moi qui se reconnaît, se révèle, dans un magique effet miroir. Oui, je me sens comme ensorcelée, et les légendes du lieu me reviennent à l’esprit. Surtout l’histoire de Daphné Lauréole. Avec la complicité des oiseaux qui chantent de plus belle lorsque quelqu’un s’approche, la belle se baigne à la source. Lorsqu’Apollon, par ruse, la découvre dans sa nudité rayonnante, il s’en éprend et la poursuit de ses ardeurs. C’était oublier le pouvoir du grand Zeus, qui transforme Daphné en laurier lorsqu’Apollon l’enlace. Partout où pousse le laurier lauréole, Daphné serait passée, laissant son empreinte fleurie, dit la légende.

Il souffle en moi comme un air inédit, un murmure, une poésie qui me touche au cœur, qui me touche à l’âme. Le souffle, le souffle de vie, ce souffle pur qui m’a été offert à ma naissance, le voilà renouvelé, vivifié, amplifié, démultiplié.

Cette magie du lieu, elle me semble venir de cette union intime des éléments, la terre, l’air, l’eau, le feu … et l’éther, cet élément subtil souvent associé à l’Esprit, ce souffle qui descend du royaume divin et s’incarne dans la matière, unissant le ciel et la terre, manifestant cette alchimie royale dont nous sommes tous issus.

Dans cet univers où rien n’est séparé, l’arbre se révèle à moi comme le symbole de cette union, lui qui plonge ses racines au cœur de la terre et élève ses branches vers les étoiles du ciel. Dans un élan empli de douceur, je choisis un arbre pour lui confier ma découverte, et lui demander ce qu’il en pense. Je m’approche avec délicatesse en respectant son système racinaire, mes mains s’approchent lentement pour rencontrer son corps d’énergie, le palper avec respect, demandant comme une permission de venir me blottir contre lui, pour un câlin inédit, attentif à qui il est, à la rencontre de sa vibration singulière. Alors je m’abandonne dans cette union, dans cette communion, et mon souffle devient plus fluide, mon cœur se calme, je vibre à l’unisson de cette nature mystérieuse et généreuse. De cette rencontre, je ressors grandie, mes yeux voient bien plus clair, aucun mot, dans l’instant, ne me permet de partager mon ressenti, et c’est la gratitude au cœur que je continue mon chemin, nourrie de cet essentiel indicible, que la nature offre abondamment à qui sait s’y relier.

Rosemarine

 

Rosemarine 

http://www.rosemarine16.com 

Partagez & réagissez
sur les réseaux sociaux




Devenez annonceur 2017

Télécharger le bon de commande

Réseaux Sociaux

Suivez notre actualité sur Facebook et Google +

La Newsletter du Guide

Abonnez-vous & recevez bimestriellement toute l'actualité de la Sainte-Baume (événements, rencontres, activités culturelles...)



En indiquant votre adresse mail ci-dessus, vous consentez à recevoir nos propositions commerciales et publicitaires par voie électronique.
Vous pouvez vous désinscrire à tout moment en nous contactant par e-mail et à travers les liens de désinscription

Recevoir un Guide Papier

Contactez-nous, c'est gratuit !
Vous recevrez un email de retour avec les indications pour recevoir votre Guide papier gratuitement.
Guide 8ème Édition

10ème édition - Guide 2017




Les chambres d'hôtes de la Coutronne



Infos et agenda des stages

 

Retour Accueil
Contact
Edito
Précédentes éditions