La viticulture au féminin

06 06 2015

La viticulture au féminin

Fille de vignerons, Audrey Arlon, 30 ans, se lance dans l’aventure avec ses Parents pour créer leur domaine « le domaine des trois filles » à la Cadière d’Azur. Comment vit-elle son métier au quotidien ? Ecoutons son témoignage sur ce métier de l’agriculture « au féminin ».

Audrey Arlon les trois filles

Les femmes, le vin & les études

Quel a été ton premier métier ?

« Depuis toute jeune j’ai toujours voulu faire viticultrice. C’est en aidant mes parents que j’ai développé une vraie passion pour ce métier. »

Quelle est ta formation initiale ?

« J’ai fait sept ans d’études dans d’autres régions viticoles : Orange (4 ans), Montpellier (2 ans), une année sabbatique pour une vinification au Chili et à mon retour une Licence Pro Responsable Qualité sur Bordeaux. Mon premier travail a été Maître de Chai au Château Bel Air la Royère à Bordeaux. »

Les femmes, le vin & les vendanges

Que peux-tu nous dire sur tes premières vendanges ?

« Au domaine, on fait les vendanges manuelles avec une dizaine de saisonniers et je me sens très à l’aise pour conduire le tracteur. La construction de notre cave a été pensée sur un principe de gravité pour faciliter notre travail et pour améliorer la qualité de la vendange (ce qui évite les manipulati ons lourdes).

Les femmes, le vin & leurs clients

Penses-tu qu’être une femme facilite la vente lors des foires et des marchés aux Vins ?

« Sincèrement oui, être une femme c’est un avantage au niveau relationnel, c’est certain. Mais l’avantage surtout, c’est que j’accompagne le produit de la vigne au vin c’est pourquoi je suis la mieux placée pour en parler. »

Quelles sont les difficultés pour la femme vigneronne ?

« Il y a des inconvénients comme la mécanique, ce n’est pas mon domaine… Et il y a un investissement aussi très important qui demande de faire des concessions au niveau de la famille. Par exemple, quand je suis en déplacement sur un Salon le week-end, je sais que c’est du temps que je ne passerai pas avec ma famille. »

Quelles perspectives pour le futur ?

« Le métier évolue au niveau technique surtout, ça aide pour le travail et pour la qualité du vin. On gagne du temps et on se fatigue moins. Par exemple, la taille de la vigne se fait au sécateur électrique. La place de la femme dans le monde du vin a beaucoup changé ces dernières années, c’est un milieu masculin où elle s’est fait sa place. On voit de plus en plus de femmes occuper des postes importants. Mais je pense que homme ou femme, c’est un métier que l’on exerce avec passion. »

Propos recueillis par Amélie Clauzel - Responsable Communication Comonconseil

 

Partagez & réagissez
sur les réseaux sociaux




Devenez annonceur 2017

Télécharger le bon de commande

Réseaux Sociaux

Suivez notre actualité sur Facebook et Google +

La Newsletter du Guide

Abonnez-vous & recevez bimestriellement toute l'actualité de la Sainte-Baume (événements, rencontres, activités culturelles...)



En indiquant votre adresse mail ci-dessus, vous consentez à recevoir nos propositions commerciales et publicitaires par voie électronique.
Vous pouvez vous désinscrire à tout moment en nous contactant par e-mail et à travers les liens de désinscription

Recevoir un Guide Papier

Contactez-nous, c'est gratuit !
Vous recevrez un email de retour avec les indications pour recevoir votre Guide papier gratuitement.
Guide 8ème Édition

10ème édition - Guide 2017




Les chambres d'hôtes de la Coutronne



Infos et agenda des stages

 

Retour Accueil
Contact
Edito
Précédentes éditions