Conte sur la goutte d eau

12 05 2014

Conte sur la goutte d eau

« Histoire pour les enfants, et pour le cœur d’enfant en chacun de nous »

Il était une fois une goutte d’eau, cette petite goutte va vous raconter son histoire…..

Comme souvent un après midi d’été, il y eut un gros orage sur la montagne, et un grand coup de foudre entre le ciel et la terre : de cette belle histoire d’amour naquit une multitude d’enfants, des milliers de gouttes d’eau …

Parmi elles, tombant d’un nuage, je me suis retrouvée sur un rocher luisant à la lumière des éclairs.

J’aurais pu devenir un flocon et tomber plus haut sur la montagne sur un glacier : là, il m’aurait fallut attendre 8000 ans avant de ruisseler dans un torrent. Mais non, me voici m’infiltrant entre les failles du calcaire de cette petite montagne de Provence.

J’aurais pu aussi finir dans une flaque d’eau et m’évaporer au bout de huit jours dans les airs pour redevenir nuage, ou tomber dans un ruisseau et mon périple aurait été beaucoup plus court.

Mais moi j’avais choisi le grand voyage, la descente entre les plaques d’argile et le sable.

Après une grande solitude, je me suis retrouvée en compagnie de milliers d’autres gouttes d’eau, rassemblées dans un «un lac souterrain », et il m’a fallu patienter 1400 ans dans l’ombre de la terre.

Et, suivant lentement le courant, j’attendais que le trop plein m’emporte vers d’autres aventures.

Un beau jour, arrivant au bout de ce lac, je me suis sentie emportée violemment dans un boyau entre roches et racines, et là, tout d’un coup, ce fut le grand jour, « oui, le grand jour » !

A la source me voici jaillissant entre les pierres, tourbillonnant dans les graviers. «Ah ! Le soleil, vu du ruisseau, que c’est beau !».

Je suis passée entre les racines des jacinthes, des renoncules d’eau, des cressons bleus, j’ai vu danser les truites sauvages dans le courant, les libellules légères et aériennes, les grenouilles luisantes et vertes, j’ai même failli finir dans le ventre d’un chamois lorsqu’il est venu boire à mon passage.

Par chance j’ai sauté par-dessus le trop plein du barrage au captage de la source aménagé pour les hommes, « vous savez une vie de goutte d’eau, c’est l’aventure… »

Entre les racines des peupliers et des saules, j’ai vu déambuler les écrevisses et les gammares. D’autres ruisseaux sont venus se joindre à nous, d’autres amies gouttes d’eau, après la pluie, et petit à petit nous sommes devenues rivière.

Il fallait faire attention aux troupeaux de vaches de chevaux qui pouvaient nous avaler près des prairies,  « c’est dur une vie de goutte d’eau… »

Un jour je me suis même baladée dans la roue à aube d’un moulin, et j’ai failli être avalée par la pompe d’un jardinier, pour finir comme arrosage de ses tomates, ses salades ou ses radis.

Enfin une autre rivière est venue se joindre à nous au détour d’une montagne et d’autres gouttes encore après les orages…..

Nous aimions traverser les villages lorsque j’étais rivière, je me frottais à la pierre des maisons riveraines, ou à la pile des ponts romains.

De temps en temps quelques gouttes d’eau repartaient, accrochées aux plumes des canards et des oies sauvages. Et moi je continuais mon périple.

Un beau jour, alors qu’une troisième rivière encore plus grosse nous eut rejoint, nous sommes, mes amies et moi, devenues «  Fleuve ».

Profond et fort, sous les grands ponts, traversant des plaines infinies, arrêté parfois par un barrage et franchissant les écluses nous continuions inlassablement ce long voyage, en compagnie de gros poissons ; des carpes, des brochets, des sandres….

Nous avons traversé des villes imposantes et belles, d’autres tristes et industrielles, rejetant leurs immondices……

« Je ne vous cache pas que j’avais de plus en plus de mal à rester pure et scintillante, comme aux premiers jours ».

Puis nous sommes enfin arrivées à l’embouchure immense du fleuve. Je m’en doutais un peu car, depuis quelques jours, les mouettes venaient se baigner et chasser les poissons à la surface boueuse du fleuve,

 « Car les gouttes d’eau savent elles portent la mémoire de tant de vie »

J’apercevais de mon univers aquatique les bateaux de pêcheurs et les voiliers, et par moment je sentais le goût salé d’une autre eau qui remontait le courant du fleuve.

« Quelle clarté, quelle force, quel bleu, pour purifier toutes ces gouttes salies d’avoir lavé les villes et les hommes…..

Je sentais une force immense qui s’imposait à moi, et envahissait mon petit corps de goutte d’eau douce.

Un message d’eau qui me disait que j’allais être de ce nouveau monde….

Le royaume de Neptune, L’Océan, ou j’allais séjourner 3000 ans avant que le soleil ne m’évapore et que mon âme de vapeur d’eau ne regagne le ciel pour un voyage de nuages…….

Ces nuages transportés par le vent encore une fois vers la terre et les montagnes

« Et oui ! il en est ainsi de la réincarnation d’une goutte d’eau. »

Vous savez, chaque fois qu’une goutte d’eau tombe sur votre visage, c’est une goutte de vie qui vient à vous, chaque fois que vous buvez un verre d’eau, vous participez à mon histoire d’eau…..

 

Christian Vacquié

Partagez & réagissez
sur les réseaux sociaux




Devenez annonceur 2017

Télécharger le bon de commande

Réseaux Sociaux

Suivez notre actualité sur Facebook et Google +

La Newsletter du Guide

Abonnez-vous & recevez bimestriellement toute l'actualité de la Sainte-Baume (événements, rencontres, activités culturelles...)


Recevoir un Guide Papier

Contactez-nous, c'est gratuit !
Vous recevrez un email de retour avec les indications pour recevoir votre Guide papier gratuitement.
Guide 8ème Édition

10ème édition - Guide 2017




Les chambres d'hôtes de la Coutronne



Infos et agenda des stages

 

Retour Accueil
Contact
Edito
Précédentes éditions