A la collecte de la mémoire

23 12 2013

A la collecte de la mémoire

Par l’objet, redonner un sens au temps passé pour mieux comprendre l’avenir : missions de l’Ecomusée de la Sainte-Baume.

Un Ecomusée est la mémoire d’un territoire.



Pour cela depuis notre création, voici bientôt 20 ans, nous avons constitué des collections, c‘est à dire des rassemblements d'objets, d’outils, de gravures, de témoignages,... liées à la vie passée dans le massif de la Sainte-Baume. L’adhésion à la Fédération des Ecomusées et musées de Société permet de conforter cette démarche.

Ainsi sont les bienvenus à l’Ecomusée tout ce qui concerne les grandes traditions de la Sainte Baume, Marie Madeleine, le Compagnonnage puis les documents et objets domestiques comme par exemple les céramiques de la vallée de l’Huveaune, de St Jean du désert,... où de simples objets usuels.

Aussi, quand l’objet arrive au musée, il commence « une nouvelle vie » : il va être étudié, rangé selon les cas montré, restauré, prêté, déplacé et il côtoiera de nombreux autres objets. Il faudra ainsi l’identifier de manière unique, et faciliter la gestion de chaque facette de cette nouvelle vie : il sera inventorié, numéroté, photographié, des fiches décrivent l’utilisation de l’objet, son origine, le créateur etc…

Ces pièces de collections ont pour origine des dons, des prêts, des achats.

Un fond de dotation sera prochainement en activité pour encourager cette mission.

A une époque où nous vivons au temps de la mondialisation avec son cortège de désillusions, pour beaucoup, continuer à vivre « local » est essentiel : l’histoire du lieu revêt donc une importance considérable, si nous souhaitons que nos descendants puissent encore découvrir la vie passée de leur village. Les enfants qui découvrent ces objets usuels d’une autre époque sont émerveillés et tant de questions leur viennent à l’esprit.

Longtemps la vie rurale n’intéressait que peu de gens, la France étant le pays des grandes œuvres artistiques et de la célébration d’une certaine élite intellectuelle et sociale.

Georges Henri Rivière permettra à partir de 1937, par la création du musée des Arts et Traditions Populaires (ATP), de réaliser un grand rassemblement d’œuvres, d’objets, de témoignages populaires à une époque ou le tissu social de nos campagnes n’était pas encore trop démembré.

Aujourd’hui le Musée des ATP est devenu le MUCEM. Il est installé à notre porte à Marseille.

Raison de plus pour que dans cette magnifique région de la Sainte Baume un effort toujours plus grand soit fait dans les prochaines années pour continuer à protéger ce patrimoine fragile et très convoité.

Le Parc Naturel Régional de la Sainte Baume sera aussi un outil incontournable pour ces recherches et conservations au service permanent de la population.

JM THENOUX

Président de l'Ecomusée de la Sainte-Baume

 

Partagez & réagissez
sur les réseaux sociaux




Voir la nouvelle version du site du Guide Sainte-Baume